Association Culturelle pour les Etudes Portugaises

Accueil du site > Liste des archives > 2015/2016 > Articles de 2015 > Confraternização búlgara-portuguesa > Notícia sobre a confraternização búlgara-portuguesa

Notícia sobre a confraternização búlgara-portuguesa

vendredi 17 avril 2015

À partir du 1 mars et tout au cours du mois, les Bulgares dans le monde entier célèbrent l’arrivée du printemps en s’offrant de petits "bijoux" très simples (qui s’appellent martenitsa : parce qu’on les portent au mois de mars), des porte-bonheur en fils rouges et blancs en formes de pompons, de boules, de poupées en coton ou de figurines - une tradition qui n’existe qu’en Bulgarie et avec laquelle nous souhaitons à nos familles et à nos amis beaucoup de bonheur et de la joie, une très bonne santé et la prospérité pendant toute l’année. Les couleurs sont bien sûr symboliques : le rouge pour la bonne santé, la joie et le bonheur et le blanc - pour la longue vie.

À Fénelon Sainte Marie le groupe de professeurs et d’élèves bulgares, sous l’initiative de leur Directrice, Madame Mila Petkov, a décidé d’offrir de petites martenitchka aux enfants de la classe de portugais d’Elisabete Faria fréquentée par Isabel, la sœur d’Olga Lemos (maman bulgare et papa portugais) qui est dans une classe bulgare.

Le 7 mars les deux groupes se sont rencontrés en présence de professeurs et des directions des deux groupes. Un professeur d’histoire bulgare a essayé d’expliquer aux enfants la situation géographique de la Bulgarie, Mme Faria a parlé des fêtes de Pâques au Portugal et Madame Petkov de cette belle tradition bulgare des martenichka.

A la fin de la rencontre on a trinqué ensemble et on a crié Vive l’amitié entre la Bulgarie et le Portugal.
Voici une jolie version de cette coutume bulgare qui remonte à très loin :
Après une bataille glorieuse, sous une tente, khan Asparukh discutait avec ses soldats de ses proches et de sa maison lointaine. Soudain, le pigeon voyageur envoyé par sa petite sœur bien aimée, atterrit fatigué sur son épaule. Il portait attaché sur son aile un message sous forme d’un fil.
Le fil avait blessé l’aile du pigeon et le sang avait coloré le fil. Khan Asparukh (le fondateur du premier royaume bulgare en 681) détacha le fil et le mis à son poignet. Tous les soldats firent de même. C’était un 1er mars.

Répondre à cet article

ACEP: 47, rue de Naples, 75008 Paris — Tel: 01 43 87 52 91 — Fax: 01 43 87 37 57 | Se déconnecter |